plateforme
www.plateforme.tk
73 rue des Haies - 75020 Paris


Avril  2015

 

.



Evènement Soirée performances et arts éphémères //
Sur une invitation de Dorota Kleszcz //

Adriana Disman, Sandrine Lehagre, Anaïs Lelièvre, Antoine Chipriana,
Loïc Connanski avec Véronique Hubert et Vincent Labaume, Mathieu Bohet, Valentina Traïanova //

Vendredi 17 avril - 20h //
Entrée libre //

exposition Nêtre

 

 

 

En marge de l'évènement pluriannuel Résurgences, Plateforme, poursuit son exploration des arts performatifs et met en exergue durant la soirée du 17 avril, et en collaboration avec Copus In Act, l'expression artistique par le corps.
L'expression par le corps, un des fondamentaux de  l'art éphémère, sera traité par 7 artistes d'origines et de formations diverses, non pas sous forme linéaire, mais s'enrichissant de toutes les palettes qu'offre cet art singulier, et toujours renouvelé.

A partir de 20 h précise.
Horaire à respecter.
Entrée libre.

En collaboration avec :

Corpus In Act est une association à but non lucratif fondée par Mathieu Bohet, Manuela Centrone et Željka Jović. Ces trois artistes multidisciplinaires venus d’horizons divers, dont les recherches se dirigent vers une forme d’expression qui a pour point commun l’usage du corps, ont créé ce projet avec l’intention d’explorer les pratiques artistiques qui utilisent le corps en tant que médium.
Ainsi, Corpus In Act s’intéresse à des pratiques artistiques telles que la performance, l’installation, l’art-vidéo, la vidéo-danse, la poésie sonore, la poésie d’action, l’action sonore, la danse et le théâtre expérimental.

http://corpusinact.blogspot.fr/
http://issuu.com/corpusinact/docs/catalogue_place____l_art_performanc_2b96e7792b2675/1

 

 

 

 

 


 

 

 

Adriana Disman (Canada)

 

 

Que ce soit par le truchement de la performance, de la photographie, de la vidéo, ou de l'écriture, l'essence de sa création se concentre sur le corps. Adriana est particulièrement intéressée par la performance participative, de longue durée ou en seul à seul. Elle poursuit une exploration de la vulnérabilité comme catalyseur de l'intimité et, de l'intimité comme activateur de la transformation.
À cette fin, dans la conception de ses performances, elle aménage des protocoles qui facilitent l'échange intime et mènent à un résultat qui lui est inconnu et qui sera déterminé par le/la participant.e. Adriana est fascinée par le potentiel politique radical de l'intimité et ce, particulièrement quand elle se situe dans la sphère publique. Sa pratique de la performance et ses intérêts de commissariat recoupent sa recherche théorique en art performance aussi bien qu'en études féministes queer et anti-racist.
Le travail de Disman a été présenté en Amérique du Nord dans le contexte de galeries et de festivals tels : Visualeyez (Edmonton), Mobius Inc. (Boston), Times Square (NYC), SKOL (Montréal), Buddies in Bad Times Theatre (Toronto). Son travail de performance et de photographie a été publié dans les monographies et périodiques artistiques : ETC, Kapsula Magazine et Passive Collective. Son essai théorique sur l'éthique de la documentation de performances participatives paraîtra bientôt dans le Canadian Theatre Review et elle sera éditrice de la section Forums du numéro printemps 2015 de la Theatre Review in Canada. Adriana Disman a récemment commissarié la série d'art performance LINK & PIN (Toronto). Elle siège au conseil d'administration de la School of Making Thinking (New York). Elle est co-fondatrice avec Danièle Bourque de Lines of Flight (LoF) : l'Institut pour la performance, la spiritualité et la politique. Elle est titulaire d'une maîtrise en théâtre et performance de l'Université York et est diplômée de la Neighborhood Playhouse School of the Theatre (NYC).

www.adrianadisman.com

 
 

Anaïs Lelièvre (France)

 

 

Formée à l'université Paris 1 (Doctorat) et aux Beaux-Arts de Rueil-Malmaison et de Rouen (DNSEP), Anaïs Lelièvre expose particulièrement dans des cadres atypiques qui l'amènent à entrer dans un dialogue avec le site.
À travers une création polymorphe, elle travaille à l'expansion d'une matière profuse et incertaine, à la fois chaotique et matricielle. Ce magma innommable, que l'on ne saurait identifier ou définir, génère de manière confuse des évocations multiples et contradictoires. Sa pratique cherche ainsi à donner forme à l'indéterminé, à ce qui existe avant toute mise en forme, telle une puissance de vie originelle, tendue entre néant et existence, à la fois plissée et en déploiement, sans cesse en devenir.

Présentation du projet CLOC : 
Les CLOCS sont des sculptures-performances créées par Anaïs Lelièvre, artiste plasticienne. Les premières CLOCS ont été cousues en décembre 2012 et animées par des performeurs dès janvier 2013. Depuis elles se développent en se confrontant sans cesse à des situations nouvelles… 
Les CLOCS sont des sculptures en métamorphoses incessantes, des performances improvisées qui interagissent avec tous contextes, des êtres indéfinis qui redécouvrent le monde hors des repères établis. 
Les CLOCS sont des amas de vêtements usagés, cousus les uns aux autres par des liens élastiques, jusqu'à former une enveloppe que des corps en dessous revêtent comme leur peau et qu'ils viennent animer. Ces membranes relationnelles, plissées et imprévisibles, s'adaptent à des situations diverses, recréant chaque fois la surprise. Forme de vie en éclosion et en devenir, les CLOCS sont aussi une matrice indéfinie qui suscite chez les passants des réactions multiples. Elles surgissent au détour de ruelles et autres recoins quotidiens pour renouveler et interroger notre manière d'exister dans l'espace public, d'y rencontrer l'autre, et de cohabiter avec lui.

www.anaislelievre.com

 
 

Antoine Chipriana (France)

 

 

1996 voit la réalisation de sa première action influencée par la FuraDelsBaus. Postérieurement ses actions se rapprocheront de Beuys, des référenceschoquante de l´actionnismeViennois et des mythologies personnelles de John Bock... Il conçoit ses œuvres en relation constante avec l´adjacence, lescirconstancesde l'époque. Son travail apparaît relié au groupes Pertiga et Zargrüp ainsi que le festival de Performance et art d´Action de Saragosse Out of Mind. Il a montré son travail en France, Allemagne et Espagne.
Actuellement son travail et ses projets sont centrés, en grande partie, sur l´investigation de l´art d´Action et la performance, qu´il considère en pleines évolutions. Leurs pouvoirs de communication ipso facto les pourvoient d´une enveloppe de jeunesse embryonnaire. Il défini la Performance comme une irruption spatio-temporelle qui interrompt le cours du réel, visuel et mental. Considéré également dans son déroulement comme plastique en action mais fondamentalement il l´a défini comme œuvre ouverte.
Le fait de convoquer par mail, créer un évènement pour inviter á une performance ou une soirée d´art d´action, á la différence de celle qui sont faites n´importe où, avec du public ou non, mets le spectateur dans une attente et une expectative complètement différente de celle que subit le passant dans la rue.
Dans le premier cas  l´artiste a presque les spectateurs á sa merci… pour ainsi dire. C´est dans ce contexte surmédiatisé par le moment d´attente/ compréhension qui se déroule  devant eux, que la vue de l´incident/accident en pleine réalisation fait de l´artiste une porte conceptuel ouverte á l´être.

http://antoniochipriana.weebly.com/

 
 

Loïc Connanski (France)
Avec la participation dynamique de Véronique Hubert et de Vincent Labaume.

 

 

Loïc Connanski est un Auto-filmeur, chroniqueur art contemporain sur Canal+, plasticien dilettante, il aime les performances et les voyages...

Loïc Connanski est un  perturbateur issu de l'univers de la télévision , c'est par une technique d'auto-filmage proche du travail de Nelson Sullivan (mort à New York en 1989) qu'il s'exprime.
L'œuvre de Connanski s'élabore en un questionnement de tous les aspects du champs de l'art : de la réalisation de l'œuvre au vernissage de l'exposition, en passant par le  collectionneur et le commissaire, Loïc Connanski propose un démontage en règle de tous les codes en vigueur

http://loic-connanski.blogspot.fr/

 
 

Mathieu Bohet (France)

 

 

En 2001, il intègre l'École des Beaux-Arts de Rennes sous la direction de Jacques Sauvageot. Il rencontre des artistes qui utilisent la vidéo tout en mettant en avant le geste de l'artiste. Il travaille auprès de Marcel Dinahet, Luc Larmor, Lydie Jean-Dit-Panel, et Robert Cahen. Lors d'un échange scolaire il découvre les classes de Bartolomé Ferrando à la faculté des Beaux-Arts de Valence. Cette rencontre affirme son intérêt pour l'art d'action. Avec des artistes de Valence, il fonde l'association Sinberifora qui a pour but de promouvoir l'art d'action. Il participe à l'organisation du cycle de performances intitulé Arrt d'acccio qui réunit chaque mois trois artistes de la performance.
Diplômé d'un DNSEP, il rédige, en 2009, à la faculté des Beaux-Arts de Valence, son projet final de master sur le thème de la performance en relation à l'idée de la métamorphose du récit et de l'image-mouvement. Il y aborde sa pratique de la performance en s'appuyant sur une réflexion théorique autour de ces trois concepts. Ses actions peuvent avoir une envergure sociale et politique ou aborder des notions de psychologie autour de la construction de l'être par le biais de figures archétypales. La vidéo est un médium qui traverse toute son œuvre, que ce soit pour documenter ses actions, ou bien en entrant dans le processus de réalisation de l'action. Certaines actions sont accompagnées d'une vidéo projection, qui lui permet d'établir un rapport entre l'image et l'action qu'il réalise en direct, et de jouer avec les limites de la fiction et du réel. D'autres actions sont réalisées dans le but d'être filmées et n'existent qu'à travers le montage qu'il en fait.

http://mathieubohet.wix.com/performances
 
 

Sandrine Lehagre (France)

 

 

"Je poursuis à Paris une recherche autour du geste et du rapport du texte et de l'image à la fois en poésie, en dessin, en photographie, et en livres permettant parfois de les réunir.

Ma recherche poétique s'appuie sur la matérialité du langage aussi bien dans sa forme visuelle que sonore, outils d'un lyrisme surpris, où corps et esprit cherchent des accointances, où le présent chahute avec l'infini. Dessiner et répéter au mur le mot Free ou le signe ∞, mettre en scène les mots du poème dans l'espace de la page, dire ce qui a surgi de l'écrit encore." S.L.

http://www.inact.fr/INACT/archives/1324

 
 

Valentina Traïanova (Bulgarie)

 

 

Née à Sofia et vit à Paris. Artiste, performeuse et chanteuse, elle réalise notamment des oeuvres sonores à partir de sa voix, des pièces radiophoniques, des dessins et des performances chorégraphiques liées à une architecture. Elle investit différents champs de l'art, du spectacle vivant, de la littérature, de la danse et de la création musicale et collabore avec de nombreux artistes. Elle est notamment intervenue en tant que chanteuse dans un atelier de création radiophonique d'Antoine Dufeu sur France Culture.

http://lubovda.tumblr.com/
https://soundcloud.com/valentinatraianova

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Plateforme Friends

 

Ateliers    ----------------------------

visitez la page Ateliers de Plateforme

 

     

Webcam    ---------------------------

suivez les vernissages et évènements sur la Webcam de Plateforme

 

 

 

 


 

 

 

 

 

             Paris Art

 

 

Plateforme - 73, rue des Haies, Paris, 75020, France
Tél. + 33 9 54 92 23 35
du mercredi au dimanche de 14h30 à 19h30

plateforme.tk

info@plateforme.tk / désinscription